PERETZ, Amir

Amir Peretz naît en 1952 à Bojad, au Maroc. En 1956, il émigre avec sa famille à Sderot, une ville pauvre du Sud d’Israël située à proximité de la bande de Gaza. Après ses études secondaires, il entre dans l’armée et rejoint la brigade des parachutistes où il atteint le rang de capitaine. Durant la guerre du Kippour, il est grièvement blessé, et passe un an en convalescence ce qui le force à quitter l’armée. Bien qu’immobilisé pendant plusieurs années sur une chaise roulante, il parvient à gagner sa vie en tant qu’horticulteur.

En 1983, sous les conseils de ses amis d’enfance, Peretz se présente aux élections municipales de Sdérot et devient Maire de la ville. Il occupera ce poste jusqu’en 1988, date de son entrée à la Knesset, le Parlement israélien.

Il rejoint en 1994 la confédération travailliste Histadrout et en devient Président à la fin de l’année 1995. Il y mène un leadership franc et courageux, et lutte contre les lourdes réformes économiques conduites par le Ministère des finances. En 2003 et 2004, il appelle à des grèves générales pour protester contre le non-paiement durant des mois de travailleurs municipaux.

Pendant toutes ces années passées à la Knesset, Amir Pertez soutient le droit des Palestiniens à un Etat et se positionne en faveur d’une coopération entre les deux peuples. Il est également favorable à la cessation de l’occupation qu’il juge immorale.

En 1999, il forme le parti Am Ehad (« Un seul Peuple ») qui gagne deux sièges à la Knesset aux élections générales de 1999, puis trois en 2003. Défenseur des pauvres contre la politique capitaliste du Gouvernement Likoud, Peretz gagne en popularité auprès des plus défavorisés et des classes ouvrières. Il profite de cette popularité pour influencer son retour chez les travaillistes, fusionnant Am Ehad avec le parti travailliste durant l’été 2004.

Après la fusion, Peretz commence une campagne pour la direction du parti. Sa plateforme plaide en faveur de la fin de la coalition avec le Likoud et revient à une approche progressiste plus traditionnelle.

Peretz est élu à la tête du parti travailliste israélien aux élections primaires le 9 novembre 2005. Il signe par là une victoire sur Shimon Peres, ancien Premier ministre et prix Nobel de la paix (1994), pourtant donné vainqueur par tous les sondages. Immédiatement après cette nomination, Peretz annonce son plan de retirer le parti de la coalition du Gouvernement, précipitant l’organisation de nouvelles élections.

Le parti travailliste avait rallié la coalition du Likoud (droite) de M. Sharon deux ans auparavant pour lui permettre de réaliser, en septembre 2005, le retrait israélien de la bande de Gaza et de quatre colonies enclavées dans le nord de la Cisjordanie.

Amir Pertez est marié à Ahlama et père de quatre enfants : Ohad, Shani, Iftah et Matan.