SINIORA, Fouad

Considéré comme un partisan du libéralisme économique, le libanais Fouad Siniora se singularise par ses qualités d’économiste et d’homme politique. Le 30 juin 2005, il est nommé Chef du Gouvernement après avoir occupé pendant quatre ans le poste de Ministre des Finances.

Fouad Siniora, marié et père de trois enfants est né en 1943 à Sidon, une ville côtière au Sud de Beyrouth. Il grandit dans une famille de confession musulmane sunnite et entame sa scolarité à l’American School de Sidon.

En 1970, il est couronné d’un MBA à l’Université américaine de Beyrouth (AUB). De 1972 à 1977, il y tient un poste d’enseignant et travaille également pour la CitiBank de Beyrouth.

Professionnellement Fouad Siniora se distinguera particulièrement dans le secteur bancaire. De 1977 à 1982, il est à la tête du groupe d’audit de la Banque Centrale du Liban avant de devenir en 1982 Président de la « Bank Control Commission » du Liban. Membre proche de la famille Hariri, Fouad Siniora occupe une position importante au sein des banques et des sociétés d’investissement de la famille. Actuellement il se trouve à la direction générale du Groupe Méditerranée, qui appartient à la famille Hariri, et qui compte quatre banques, la Banque de la Méditerranée, la Saudi Lebanese Bank, la Allied Bank et la Banque de la Méditerranée Suisse. Il est également membre du conseil d’administration de la Arab Bank, une des plus grandes banques arabes.

De 1992 à 1998 une place d’homme d’Etat s’est forgée pour lui. En effet Fouad Siniora, en 1992, va occuper le poste de Ministre d’Etat aux affaires financières sous le gouvernement de Rafic Hariri. En 2000, Fouad Siniora est nommé de Ministre des Finances.

Le 23 novembre 2002, la Conférence « Paris 2 » donne lieu à un octroi, par 23 Etats et institutions internationales, de plus de 3 milliard de dollars. Cette somme, destinée à rétablir un équilibre budgétaire au Liban et à baisser significativement la dette publique est le fruit d’accords dont Fouad Siniora est l’un des principaux artisans.

Son ascension se précise en 2005 lorsque le décès de son ami et ex-Premier ministre Rafic Hariri le propulse en place de Chef du gouvernement libanais. Le 30 juin 2005, Fouad Siniora est officiellement chargé par le Président libanais, Emile Lahoud, de procéder à la formation d’un nouveau gouvernement. Le 19 juillet, un gouvernement est formé et regroupe la plupart des familles politiques, excepté celle de Michel Aoun.

Un an plus tard, Fouad Siniora doit faire face à la nouvelle desctruction du Liban lors du conflit opposant le Hezbollah à Israël. Les tensions au sein du gouvernement augmentent jusqu’à ce que les Etats-Unis accusent la Syrie et l’Iran de complot destiné à déstabiliser le gouvernement Siniora. Suite à ces déclarations, les six ministres « pro-syriens » issus du Hezbollah et du Mouvement Amal se retirent du gouvernement, et en critiquent depuis lors la légitimité.

Depuis la fin du mandat présidentiel d’Emile Lahoud, le Conseil des Ministres assure cette charge sous la présidence de Fouad Siniora.