UE-CCG : 20ème Conseil Conjoint et Réunion Ministérielle  (14 Juin 2010)

La Communauté Européenne et les États du Conseil de coopération des États arabes du Golfe (CCG) se sont réunis au Luxembourg le 14 Juin 2010, pour la 20ème session du Conseil Conjoint et de la Réunion Ministérielle UE-CCG. La délégation européenne était dirigée par H.E. Haut représentante, Catherine Ashton. La délégation du CCG (les pays membres du CCG sont: le Koweït, l’Arabie Saoudite, les Emirats Arabes Unis, le Qatar, Oman et Bahreïn) était dirigée par H.E. Cheikh Dr. Mohammad Sabah Al Salim Al-Sabah, Premier Ministre et Ministre des affaires étrangères du Koweït, qui détient actuellement la présidence du CCG. H.E. Abdulrahman Bin Hamad Al-Attiyah, secrétaire général du CCG, représentait le Secrétariat du CCG.

En préparation de cette 20ème session du Conseil Conjoint, les officiels des deux parties s’étaient déjà réunis à Bruxelles pour le Comité Mixte de Coopération du 12 avril 2010, ainsi que pour la Réunion des Directeurs Régionaux du 13 avril 2010.

La session a d’abord évalué l’état actuel des relations UE-CCG, au cours de laquelle les officiels de l’UE et du CCG ont approuvé le Programme d’Action Commun UE-CCG, négocié lors de la réunion des hauts fonctionnaires tenue à Riyad les 9 et 10 Février 2010, dans le but de renforcer la coopération dans des domaines d’intérêts stratégiques communs pour les trois années à venir. Les deux parties se sont félicités de leur coopération dans le domaine de l’énergie, illustrée par groupe le 10ème Groupe d’Experts en Energie UE-CCG Experts du 2 juin 2010, et plus particulièrement, dans le domaine de la sûreté et sécurité nucléaire. De plus grands efforts communs dans des domaines comme le changement climatique et la protection de l’environnement, les questions économiques mondiales et financières, la promotion du commerce, les investissements, les transports, et la coopération culturelle ont été fortement soutenus. Les plans visant à poursuivre les consultations sur un possible accord de libre-échange entre les deux régions, et la nécessité de conclure les négociations le plus tôt possible, ont été mis en avant par le Conseil conjoint.

L’UE et le CCG ont examiné un certain nombre d’autres questions régionales et internationales, sur lesquelles ils ont réaffirmé la nécessité de renforcer le dialogue politique afin de trouver des «solutions communes» à «des défis communs».

Le Conseil Conjoint a examiné l’évolution du processus de paix au Moyen-Orient. L’UE et le CCG ont commenté sur l’opération israélienne contre le convoi le 31 mai et la nécessité d’une enquête « impartiale » et « transparent » ; le Conseil a également exprimé certaines préoccupations vis-à-vis la situation humanitaire dans la bande de Gaza. Réaffirmant l’importance de la paix au Moyen-Orient pour la sécurité internationale, les deux parties ont appelé à mettre fin aux actes de violence et au besoin d’obtenir la paix à travers des négociations, ont réitéré leur soutien du Quartet pour les « pourparlers de proximité » entre Israël et la Palestine et ont souligné souligné l’importance de l’Initiative des Paix Arabe. Selon les membres du Conseil Conjoint, la construction de colonies israéliennes dans les territoires occupés va à l’encontre du droit international et les modifications apportées aux frontières fixées avant 1967 ne seront pas reconnu par le Conseil Conjoint. Enfin, l’UE et le CCG ont souligné l’importance de «garantir la réconciliation palestinienne».

L’UE et le CCG ont condamné les actes de violence persistants en Irak et ont souligné l’importance pour l’Irak d’achever son processus démocratique, se référant tout particulièrement à l’élection générale tenue le 7 mars 2010. La promotion de la paix, la stabilité et la sécurité en Irak restent des objectifs primordiaux pour les deux parties, dans lequel l’ONU / MANUI jouera un rôle important. L’Irak devrait être soutenu dans ses efforts de stabilité et de réconciliation nationale, qui semble être la solution aux problèmes actuels de l’Irak. Une mention spéciale a été faite quant aux efforts des Nations Unies pour le rapatriement des prisonniers koweïtiens et autres biens du Koweït.

Le Conseil Conjoint a appelé l’Iran à se conformer aux Résolutions du Conseil de Sécurité de l’ONU et de l’AIEA et à « restaurer la confiance » dans ses ambitions nucléaires pacifiques. Cette situation a demandé d’avantage de dialogue, ce qui a valu un accueil favorable des efforts turcs et brésiliens. Les membres du Conseil Conjoint ont également souligné la nécessité de progresser vers un règlement pacifique du différend entre l’Iran et les Émirats Arabes Unis autour des îles d’Abou Moussa, Lesser Tunb et Greater Tunb.

Le retour au calme le long de la frontière entre l’Arabie saoudite et le Yémen a été accueillie favorablement par le Conseil Conjoint, qui a accepté le besoin d’une approche globale pour le développement d’un Yémen «unifié, démocratique et prospère ».

L’UE et le CCG ont tout deux condamné le terrorisme et le financement du terrorisme et ont appelé tous les pays à ratifier et mettre en œuvre les protocoles et conventions des Nations Unies dans la lutte contre le terrorisme, les résolutions du Conseil de sécurité, ainsi qu’à soutenir la stratégie globale des Nations Unies dans la lutte contre le terrorisme. Une mention spéciale a été faite aux recommandations formulées lors de la Conférence internationale de Riyad sur lutte contre le terrorisme ainsi qu’à l’ouverture du Centre International pour la Lutte contre le Terrorisme à La Haye.

Le Conseil conjoint a réaffirmé ses préoccupations concernant les menaces de piraterie, félicitent la résolution 1918 du Conseil de Sécurité et soulignent la nécessité d’une plus grande collaboration et de la protection des navires sur les côtes somaliennes, tout en respectant la souveraineté et l’intégrité territoriales de ces pays.

L’UE et le CCG ont souligné l’ampleur de la menace pour la sécurité de la prolifération d’armes de destruction massive et ont ainsi donné leur soutien à la prévention de la prolifération, qui passe tout d’abord par la mise en œuvre des traités de non-prolifération respectifs. La création d’une zone exempte d’armes nucléaires au Moyen-Orient et la région du Golfe a été un objectif pour l’avenir, sans pour autant  faire ombre à la promotion de l’utilisation pacifique de l’énergie nucléaire. Les deux parties ont confirmé leur participation et leur coopération dans les négociations du Traité sur le Commerce d’Armes et la Conférence d’Evaluation de la Convention sur les Armes Biologiques et Toxiques de 2011.

Les points de vue ont été échangés sur les droits de l’homme et les deux parties ont exprimé leur engagement à promouvoir les droits de l’homme conformément à la Déclaration Universelle des droits de l’homme.

Enfin, les deux parties ont souligné l’importance du dialogue et la coopération interculturels et interreligieux. L’UE et le CCG se sont félicités de la mise en place de l’Alliance des Civilisations et que tous les membres du Conseil Conjoint fassent partie du Groupe des Amis de l’Alliance. Avec le prochain Forum de l’Alliance qui se tiendra au Qatar en 2011, ils espèrent accroître sa visibilité dans la région. Une mention spéciale a été faite du rôle du Bureau de Liaison Conjoint Commission européenne – Ligue Arabe basé à Malte, ainsi que d’autres initiatives dans le cadre du renforcement du dialogue interculturel et interreligieux.

Le prochain Conseil Conjoint se tiendra aux Emirats Arabes Unis en 2011.

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter le Communiqué Conjoint officiel du 20ème Conseil Conjoint et Réunion Ministérielle, Luxembourg, 14 juin 2010 (Conseil de l’UE – 11700/10 PRESSE197(en))