Chatt El Arab

Voie d’eau entre la jonction du Tigre avec l’Euphrate et le Golfe. Sur ses cent derniers kilomètres, elle constitue la frontière, constamment contestée, entre l’Iran et l’Irak. Plusieurs villes importantes se sont développées sur ses rives: du nord au sud, Bassorah (Irak), Korramshar (Iran), Abadan (Iran) et Fao (Irak).

Avant 1847, la frontière entre l’Empire ottoman et la Perse se situait sur un bras secondaire du Chatt Al-Arab qui passe plus à l’est, le Bahmanshir. C’est le traité d’Erzouroum (1847) qui plaça l’île d’Abadan sous souveraineté iranienne mais maintint l’ensemble de la voie d’eau du Chatt Al-Arab sous souveraineté ottomane.

En 1937, suite au développement d’Abadan, un compromis fit passer la frontière Iran-Irak au milieu de la voie d’eau sur six kilomètres et demi devant cette ville.

Après de nombreux incidents entre les deux pays, l’Accord d’Alger de 1975 fixa la frontière au milieu du Chatt Al-Arab sur les cent kilomètres séparant Korramshar de la mer.

Cet accord de 1975 fut, après l’avènement de Khomeini, abrogé unilatéralement par l’Irak en 1980.