Sunnisme

Du mot arabe es-Sunna (la tradition), le sunnisme se définit par l’attachement à la légitimité de chacun des quatre premiers califes. Le sunnisme est la principale branche de l’Islam. Il compte plus de 185 millions d’adeptes.

Un croyant orthodoxe doit dénoncer toutes les sectes qui ne reconnaissent pas cette légitimité, comme se défier des doctrines qui sèment la division parmi les fidèles.

Il lui faut aussi suivre la loi interprétée par l’une des quatre écoles juridiques qui règlent la vie de la société et de la famille: l’école hanafite, chaféite, malékite ou hanbalite, lesquelles se distinguent par la place plus ou moins grande qu’elles attachent, par rapport au Coran, à la Sunna – la tradition – et à l’interprétation des juges (cfr infra).

Un musulman ne sera pas jugé selon son appartenance à une école juridique mais bien en fonction de l’école officielle ou qui domine dans le pays où le jugement a lieu. Par exemple, un chaféite qui commet un délit en Arabie Saoudite sera jugé selon le rite hanbalite. Si un litige concerne un musulman avec un non-musulman, il sera jugé devant un tribunal musulman.

Cette homogénéité du paysage religieux n’empêche pas la persistance, au sein de la Sunna, de particularismes locaux tels le culte des saints au Maghreb, le puritanisme exacerbé des wahhabites de la péninsule arabique ou les emprunts animistes des confréries du Soudan.

L’école Hanafite, implantée dans le monde arabe par les Ottomans, est présente en Egypte, au Liban, en Syrie, en Jordanie et en Irak. C’est celle qui accorde le plus d’espace à l’interprétation.

L’école Malékite, qui domine au Maghreb et au Soudan, et l’école Chaféite, suivie en Syrie, au Yémen, à Oman, dans les Emirats, à Bahrein, au Koweït et qui co-existe avec d’autres en Jordanie et en Egypte, sont toutes deux plus strictement liées aux textes.

L’école Hanbalite, liée au Wahabisme, domine en Arabie Saoudite et au Qatar. C’est la plus fondamentaliste: elle se base essentiellement sur une lecture rigoureuse du texte du Coran, recourt peu à la Sunna, et ne laisse guère de place à l’interprétation du juge.