Conférences pour la Paix au Moyen Orient (Madrid 1991, Oslo 1993)

La conférence de Madrid, les bilatérales et les multilatérales

Voulue par les Etats-Unis, au sortir de la guerre du Golfe, en lieu et place de la Conférence Internationale réclamée de longue date par les Nations Unies, la Conférence pour la Paix au Moyen-Orient s’est ouverte le 30 octobre 1991 à Madrid, sous le parrainage des Etats-Unis et de l’Union Soviétique.

Deux séries de discussions ont ensuite commencé: les bilatérales et les multilatérales.

Les réunions bilatérales se tinrent à Washington à partir du 9 décembre 1991. Les Israéliens y discutent seuls à seuls de l’établissement de la paix avec les Libanais, les Syriens, les Jordaniens et les Palestiniens (qui constituaient initialement une seule délégation). La 12ème et dernière session de ces discussions eut lieu le 24 janvier 1994.

Les négociations multilatérales, auxquelles participaient les Douze Européens, traitaient de la coopération régionale et s’ouvrirent quant à elles à Moscou le 28 janvier 1992. Elles se subdivisèrent ensuite en cinq groupes discutant respectivement de l’eau (Vienne, mai 92; Washington, septembre 92; Genève, avril 93; Pékin, octobre 93), de la sécurité et du contrôle des armements (Washington, mai et septembre 92; Moscou, mai et novembre 93), des réfugiés (Ottawa, mai et novembre 92; Oslo, mai 93; Tunis, octobre 93), de l’environnement (Tokyo, mai 92; Le Caire, octobre 93), du développement économique (Bruxelles, mai 92; Paris, octobre 92; Rome, mai 93. Copenhague, novembre 93). Lors de la première série de ces réunions en mai 1992, Israël refusa de participer à deux groupes (sur les réfugiés et sur le développement économique) parce que des Palestiniens ne résidant pas dans les Territoires Occupés y étaient présents. La Syrie et le Liban refusèrent pour leur part de participer à toute réunion multilatérale tant que des résultats concrets ne seraient pas obtenus au niveau bilatéral.

Les négociations mises en place après l’accord israélo-palestinien du 13 septembre 1993

Suite aux négociations directes et secrètes d’Oslo et à la signature de la « Déclaration de principes » entre Israël et l’OLP le 13 septembre 1993, une nouvelle série de multilatérales sur le développement économique des Territoires Palestiniens avaient débuté à Washington (octobre 93); ces réunions se poursuivant ensuite à Paris puis Copenhague (novembre) et à nouveau Paris (décembre), coordonnées par la Banque Mondiale. Depuis le 13 septembre 93 également, des négociations directes pour la mise en oeuvre de la Déclaration de principes s’étaient poursuivies en différents endroits (Oslo, Washington, Paris, Le Caire) et, au niveau technique, à Taba. Mais, peu à peu, la logique de négociations directes et strictement bilatérales entre l’OLP et Israël sur la mise en oeuvre chaotique d’une autonomie palestinienne en Cisjordanie et à Gaza aboutit à l’abandon des autres négociations. Depuis l’accession d’Ariel Sharon à la tête du gouvernement israélien et la radicalisation armée du soulèvement palestinien déclenché fin septembre 2001, tous les canaux de négociations sont au point mort.