MONUIK (Mission d’Observation de l’ONU pour l’Irak et le Koweït)

Suite à l’invasion du Koweït par les troupes Irakiennes le 2 Aout 1990, rapidement condamnée par la Communauté Internationale (adoption de la Résolution 660(1990) par le Conseil de Sécurité des Nations Unies), des sanctions économiques et d’armement furent imposées à l’Irak suite à son refus de retrait immédiat et inconditionnel. Suite au non-respect par l’Irak d’une douzaine d’autres résolutions adoptées par le Conseil de Sécurité entre Aout et Décembre 1990, une coalition constituée de Pays Membres et du Gouvernement Koweitien répondit militairement en Février 1991, en accord avec la Résolution 678(1991) du Conseil de Sécurité. Avant la fin Février, les forces Irakiennes furent repoussées à la frontière Irak-Koweït.

Le Conseil de Sécurité adopta la Résolution 687(1991) le 3 Avril 1991, déterminant les conditions pour un cessez-le-feu et met sur pied une structure pour assurer l’application de ces conditions. Sous cette résolution, le Conseil établit une zone démilitarisée (ZDM) le long de la frontière Irak-Koweït sous la surveillance d’une unité d’observation de l’ONU.

Le Conseil de Sécurité adopta la Résolution 689(1991) le 9 Avril 1991, approuvant le plan du Secrétaire Général pour la création de la MONUIK (plus connue sous son abréviation anglaise « UNIKOM »). Un groupe d’éclaireurs de la MONUIK fut posté dans la région dès avril 1991.

La MONUIK, dont le mandat était revu tout les six mois par le Conseil de Sécurité des Nations Unies, avait pour objectif de surveiller le Khor Abdullah entre l’Iraq et le Koweït, ainsi que la zone démilitarisée s’étendant sur 10 kilomètres à l’intérieur de l’Iraq et sur 5 kilomètres à l’intérieur du Koweït; de prévenir les violations de la frontière par sa présence dans la zone démilitarisée et par la surveillance qu’elle exerce; et d’observer tout acte hostile ou potentiellement hostile commis à partir du territoire d’un Etat à l’encontre de l’autre. Le QG de la MONUIK était situé à Umm Qasr, en Iraq. Le mandat de la MONUIK se clôtura en Octobre 2003.

En février 1993, suite à une série d’incidents frontaliers, la Résolution 806(1993) du Conseil de Sécurité étendit son mandat en y ajoutant un bataillon d’infanterie pour prendre des mesures concrètes visant à empêcher ou rétablir des violations de petite échelle de la ZDM et de la frontière irako-koweitienne, et prévenir des problèmes émanant de la présence d’installations et de citoyens irakiens ainsi que de leurs propriétés dans la partie irakienne de la ZDM.

Depuis la délimitation de la frontière irako-koweitienne effectuée en mai 1993 par la Commission des Nations Unies pour la Démarcation de la Frontière Irak-Koweït et la relocalisation en Irak de citoyens irakiens trouvés du côté koweitien de la frontière, la situation demeura relativement calme autour de la ZDM.

Les attaques aériennes contre l’Iraq, effectuées par les Etats Unis et la Grande Bretagne en décembre 1998 et des escarmouches consécutives autour des zones d’exclusion aérienne ont affecté des aspects opérationnels de la mission. Le 14 novembre 1998, le Centre Combiné d’Opérations Aériennes des Forces de la Coalition avertit la MONUIK de suspendre tous les vols de la zone de la mission. Les vols reprirent le 16 de novembre après l’annulation des attaques aériennes. Du 16 au 19 décembre les vols furent suspendus en concertation avec les forces américaines et britanniques. Le 22 décembre les autorités irakiennes informèrent la MONUIK qu’elles ne pouvaient pas garantir leur vols du au conflit avec les forces américaines et britanniques dans les « zones d’exclusion aérienne ». Les vols reprirent le 7 janvier 1999, mais seulement dans les zones Koweitiennes. Pour précaution, les observateurs militaires américains et britanniques ont été déployés dans les bases en territoire koweitien.

En janvier 1999, les autorités irakiennes demandèrent à la MONUIK de se retirer du territoire irakien avant le 14 janvier tout le personnel américain et anglais. En ce qui concerne le personnel américain et anglais assigné au Quartier Général d’Umm Qasr, les Nations Unis déclarèrent que c’était aux autorités irakiennes de prendre toutes les mesures possibles pour assurer la sécurité du quartier général et son personnel. Pendant toute cette période, 141 navires furent affrétés au port d’Umm Qasr, dans le cadre du programme « Pétrole pour Nourriture ».

MONUIK maintint des contacts réguliers avec les autorités irakiennes et koweitiennes, y compris des visites du Commandement de la Force dans les deux capitales.

Commandants de la Force : Avril 1991 – Juillet 1992 : Major Général Gunther Greindl (Autriche) ; Juillet 1992 – Aout 1993 : Major Général Timothy K. Dibuama (Ghana) ; Aout – Décembre 1993 : Brigadier Général Vigar Aabrek (Norvège) ; Janvier 1994 – Décembre 1995 : Major Général Krishna N.S. Thapa (Népal) ; Décembre 1995 – Novembre 1997 : Major Général Gian Giuseppe Santillo (Italie) ; Décembre 1997 – Novembre 1999 : Major Général Esa Kalervo Tarvainen (Finlande) ; Novembre 1999 – Novembre 2001 : Major Général John Vize (Irlande) ; Novembre 2001 – Novembre 2002 : Major Général Miguel Angel Moreno (Argentina) ; Janvier 2003 – Octobre 2003 : Brigadier Général Upinder Singh Klair (Inde).

Effectifs: La force se composait initialement de 300 observateurs militaires avec le soutien de staff international et local

Suite à des incidents frontaliers en Février 1993, le Conseil de Sécurité consolida l’effectif de la MONUIK, lui permettant la capacité d’intervenir physiquement et de prévenir de nouveaux incidents dans la ZDM.

La MONUIK atteint son plus grand effectif en Février 1995 avec 1.187 personnels militaire, 254 observateurs militaire avec le soutien de staff international et local.

En Octobre 2003, date du retrait de la MONUIK, il ne restait que 4 observateurs bénéficiant du soutien de 131 membres de personnel civil (38 internationaux ; 93 locaux).

Pays contribuant au personnel militaire: Allemagne, Argentine, Autriche, Bangladesh, Canada, Chine, Danemark, Etats-Unis, Fédération de Russie, Fidji, Finlande, France, Ghana, Grèce, Hongrie, Inde, Indonésie, Irlande, Italie, Kenya, Malaisie, Nigéria, Pakistan, Pologne, Roumanie, Royaume-Uni, Sénégal, Singapour, Suède, Thaïlande, Turquie, Uruguay et Venezuela (Entre Avril et Juin 1991, cinq compagnies d’infanterie de la UNIFIL et UNFICYP complétaient la MONUIK).

Décès : 8 personnels militaire ; 5 observateurs ; 4 personnels civil ; 1 personnel local

Dépenses: Le coût total de la MONUIK avoisina les $ 600 millions (le Koweït en payant deux tiers)

Pour plus d’informations, consultez le site anglophone de la MONUIK.