Palestine (représentation aux Nations Unies)

L’OLP a obtenu en 1974, le statut d’observateur à l’Assemblée générale avec le droit de prendre la parole aux aux sessions du Conseil de Sécurité quand les intérêts du peuple palestinien sont concernés.

En 1988, suite à la proclamation de l’Etat palestinien par le CNP (Conseil National Palestinien) en novembre de la même année, ce statut d’observateur a été transféré à la Palestine.

En juillet 1998, l’Assemblée générale a adopté une résolution accordant à la Palestine de nouveaux droits et privilèges traditionnellement réservés aux Etats membres. Parmi ceux-ci, le droit de participer au débat général qui se tient au début de chaque session de l’Assemblée, le droit de soutenir des résolutions et le droit de soulever des points d’ordre lors de discussions sur les questions palestinienne et du Moyen-Orient.

Cette résolution a aussi modifié la représentation de la Palestine qui passe à la situation d’un Etat non-membre avec six sièges de délégués (les observateurs n’en obtiennent que deux).

En fait, elle a créé un statut de « super-observateur » pour la Palestine. La représentation palestinienne n’a toutefois pas le droit de vote.

La résolution de l’Assemblée générale 52/250 qui accorde ce nouveau statut à la Palestine a été adoptée par 124 voix pour, 4 contre (Israël, Etat-Unis, îles Marshall, Micronésie) et 10 abstentions.

Tous les Etats membres de l’Union Européenne ont voté en faveur de cette élévation de la représentation diplomatique de l’OLP, suscitant l’agacement d’Israël et une difficulté de plus pour l’Union européenne d’être partie prenante du processus de paix au Moyen-Orient.