Résolution 1559

Le 2 septembre 2004, le Conseil de Sécurité des Nations-Unies vote la résolution 1559 demandant le retrait de toutes les forces étrangères demeurées au Liban et que soient strictement respectées la souveraineté, l’intégrité territoriale, l’unité et l’indépendance politique du Liban. Elle demande également la dissolution et le désarmement de toutes les milices libanaises et non libanaises. Dans cette résolution, le Conseil de Sécurité se déclare « favorable à ce que les prochaines élections présidentielles au Liban se déroulent selon le processus électoral libre et régulier, conformément à des règles constitutionnelles libanaises élaborées en dehors de toute interférence ou influence étrangère ».

Cette résolution a été votée par 9 voix pour (Angola, Bénin, Chili, France, Allemagne, Roumanie, Espagne, Royaume-Uni, Etats-Unis) et 6 abstentions (Algérie, Brésil, Chine, Pakistan, Philippines, Fédération de Russie), aucun pays n’ayant voté contre.

En octobre 2004, le Conseil prend note de la lettre du Représentant permanent du Liban et de la note verbale de la Mission permanente de la République arabe syrienne. Le Conseil note avec préoccupation que les exigences de la résolution votée un mois plus tôt ne sont pas respectées et demande au Secrétaire général de continuer de lui rendre compte de l’application de la résolution tous les six mois.

Le décès de Rafik Hariri, ex-Premier ministre libanais, dans un attentat en février 2005 montre que les inquiétudes du Conseil étaient justifiées. Aujourd’hui, plusieurs chefs d’Etat, notamment Jacques Chirac et G. W. Bush, appellent au respect de la résolution 1559 et au retrait des troupes syriennes.

Résolution 1559

Le Conseil de sécurité,

Rappelant toutes ses résolutions antérieures sur le Liban, en particulier les résolutions 425 (1978) et 426 (1978) du 19 mars 1978, 520 (1982) du 17 septembre 1982 et 1553 (2004) du 29 juillet 2004, ainsi que les déclarations de son président sur la situation au Liban, en particulier celle du 18 juin 2000,

Réaffirmant qu’il appuie vigoureusement l’intégrité territoriale, la souveraineté et l’indépendance politique du Liban à l’intérieur de ses frontières internationalement reconnues,

Notant que le Liban est déterminé à assurer le retrait de son territoire de toutes les forces non libanaises,

Gravement préoccupé par la persistance de la présence au Liban de milices armées, qui empêche le gouvernement libanais d’exercer pleinement sa souveraineté sur tout le territoire du pays,

Réaffirmant combien il importe que le contrôle exercé par le gouvernement libanais s’étende à la totalité du territoire du pays,

Ayant à l’esprit l’approche d’élections présidentielles au Liban et soulignant qu’il importe qu’elles soient libres et régulières et se déroulent conformément à des règles constitutionnelles libanaises élaborées en dehors de toute interférence ou influence étrangère,

1. Demande à nouveau que soient strictement respectées la souveraineté, l’intégrité territoriale, l’unité et l’indépendance politique du Liban, placé sous l’autorité exclusive du gouvernement libanais s’exerçant sur l’ensemble du territoire libanais;

2. Demande instamment à toutes les forces étrangères qui y sont encore de se retirer du Liban;

3. Demande que toutes les milices libanaises et non libanaises soient dissoutes et désarmées;

4. Soutient l’extension du contrôle exercé par le gouvernement libanais à l’ensemble du territoire du pays;

5. Se déclare favorable à ce que les prochaines élections présidentielles au Liban se déroulent selon un processus électoral libre et régulier, conformément à des règles constitutionnelles libanaises élaborées en dehors de toute interférence ou influence étrangère;

6. Demande instamment à toutes les parties concernées de coopérer avec lui pleinement et sans attendre afin que la présente résolution et toutes les résolutions relatives au plein rétablissement de l’intégrité territoriale, de la souveraineté et de l’indépendance politique du Liban soient appliquées intégralement;

7. Prie le Secrétaire général de lui faire rapport dans les 30 jours sur la manière dont les parties auront mis en œuvre la présente résolution et décide de demeurer activement saisi de la question.