UNRWA (UN Relief and Works Agency for the Palestine refuees in the Near East)

ou Agence de secours et de travail des Nations-Unies pour les Réfugiés palestiniens au Moyen-Orient

L’UNRWA, a commencé à fonctionner en mai 1950 afin d’assurer l’aide d’urgence aux centaines de milliers de Palestiniens déplacés par le conflit israélo-arabe de 1948. Le mandat de l’Agence, défini par la résolution 302 adoptée par l’Assemblée Générale des Nations Unies en décembre 1949, a été constamment renouvelé depuis.

Dans l’attente d’une solution définitive de la question palestinienne, l’UNRWA continue de pourvoir aux besoins éducatifs, sanitaires et d’aide alimentaire aux réfugiés palestiniens dans le besoin dans les cinq régions suivantes: Jordanie, Liban, Syrie, Cisjordanie et Bande de Gaza.

L’UNRWA s’articule autour de cinq programmes :

  • Le département  des services sociaux se concentre sur la fourniture de nourriture et de logements pour les plus pauvres des réfugiés et a pour objectif le développement économique et social de long terme des populations réfugiées.
  • Le département d’éducation permet le fonctionnement d’un des plus grands systèmes scolaires du Moyen-Orient. Il propose une scolarité gratuite pour les enfants réfugiés en école primaire et secondaire ainsi que des bourses universitaires.
  • Le département de santé répond aux besoins de base des réfugiés.
  • Le département de micro-finance participe au développement économique des populations réfugiées et  propose le financement d’entreprises, l’allocation de prêts et de crédits afin de lutter contre la marginalisation des réfugiés de l’UNRWA.

Enfin, le département d’infrastructure lutte contre la détérioration des conditions de vie dans les camps de réfugiés en mettant en place des stratégies d’urbanisme.

98 % des employés de l’UNRWA sont eux-mêmes des réfugiés.

Après quatre décennies, le nombre des réfugiés palestiniens enregistrés par l’UNRWA s’élève à 3.625.000 (septembre 1999) suite à la croissance démographique et à un afflux provoqué par la Guerre du Golfe en 1991. Les contributions volontaires à l’Agence, par contre, ont rarement suivi l’augmentation des besoins en dépit du rôle de l’UNRWA comme facteur de stabilité au Moyen-Orient. Les réfugiés, quant à eux, considèrent les programmes de l’UNRWA comme une garantie de l’engagement de la communauté internationale à rechercher une solution juste au problème qu’elle a elle-même créé.

La mise sur pied de l’Autorité Nationale Palestinienne (ANP) en 1994 se pose comme un nouveau défi pour l’UNRWA. Une grande partie des activités de l’Agence devrait graduellement passer dans les mains de l’ANP. Ceci doit se faire en harmonie avec le développement de la toute récente administration palestinienne et de sa capacité à gérer ces responsabilités. Une autre question est de savoir dans quelle mesure un tel transfert de compétences est possible et souhaitable, indépendamment des progrès réalisés dans les négociations de paix. Toujours est-il que lors d’une réunion informelle en 1995, les donateurs ont adopté un projet de plan soumis par l’UNRWA pour la période 1995-99 correspondant à la phase transitoire devant précéder la mise en place de l’autonomie palestinienne dans sa forme définitive, ceci tel que stipulé dans les Accords de paix israélo-palestiniens.

Selon les chiffres de 2008, 1 373 732 réfugiés sont recensés dans 58 camps différents pour un total de 4 671 811 réfugiés.

Le financement de l’UNRWA se fait sur la base de donations volontaires de gouvernement et de l’Union européenne (94% du budget)

Le budget approuvé par l’Assemblée générale de l’ONU pour l’année 2008 est de 541,8 millions de dollars. Les contributions des donneurs s’élèvent au 31 mai 2008 à 444,4 millions de  dollars.

Depuis 2000, l’UNRWA a lancé des appels d’urgence à la communauté des donneurs pour le financement des agences des programmes d’urgence en Cisjordanie et dans la Bande de Gaza. Ces appels ont permis aux agences de recevoir entre 2000 et 2007 826,6 millions de dollars.

Pour plus d’informations:

Site Internet UNRWA