Mariage inter-religieux (point de vue musulman)

Les règles concernant le mariage dans l’Islam sont codifiées dans le Coran et renvoient au thème central du statut de la femme dans les sociétés musulmanes.

Dans le cas d’un mariage inter-religieux, la Charia prévoit un certain nombre de prescriptions concernant la confession des personnes en question:

  • un Musulman ne peut épouser une femme non-musulmane que si elle est juive ou chrétienne. Celle-ci est censée se convertir à l’Islam. Dans le cas contraire, s’il y a répudiation ou divorce, elle ne recevra en aucun cas la garde des enfants et, en cas de mort de l’un des conjoints, le survivant ne pourra pas hériter de l’autre;
  • un non-Musulman ne peut épouser une femme musulmane que s’il se convertit à l’Islam. Dans le cas contraire, il peut risquer la mort;
  • un Musulman qui épouse une non-Musulmane ne peut adopter la religion de son conjoint, sous peine d’apostasie.

Le degré d’observance de ces préceptes dépend, selon le pays concerné, du type de législation, et en particulier de l’influence d’une des quatre écoles juridiques pour l’interprétation de la Charia (voir également sunnisme).