Syndicalisme (dans le monde arabe)

Toutes les centrales syndicales existant aujourd’hui dans le monde arabe ont été fondées après la seconde guerre mondiale. Elles sont regroupées dans la CISA (Confédération Internationale des Syndicats Arabes) créée en 1956 et dont le siège, originellement au Caire, a été transféré à Damas en 1977. Les organisations considérées comme libres, démocratiques et représentatives, y sont minoritaires, de nombreux membres représentant davantage les gouvernements que les travailleurs.

Une autre organisation syndicale régionale, couvrant une partie seulement du monde arabe, a été créée en 1989: l’Union Syndicale des Travailleurs du Maghreb Arabe (USTMA) dont le siège est à Tunis. Elle se veut l’équivalent pour l’UMA de la CES en Europe.

Les situations extrêmes au point de vue syndical sont représentées par l’Arabie saoudite, où tout syndicat est interdit, et le Liban où les syndicats ont récemment fait tomber un gouvernement.

Situation de quelques pays :

Maroc:

Principaux syndicats:

– Union Marocaine des Travailleurs (UMT), créée en 1955, affiliée à la CISL, env. 450.000 membres

– Confédération Démocratique du Travail (CDT), créée en 1977, env. 225.000 membres

– Union Générale des Travailleurs du Maroc

Algérie:

– L’UGTA (Union Générale des Travailleurs d’Algérie), créée en 1956 comme organe de lutte du FLN, s’est déclarée autonome en 1990. Elle aurait environ 450.000 membres cotisants (plus d’un million de membres déclarés). Elle n’est pas membre de la CISL.

– Un Syndicat des Travailleurs Islamiques (STI), actuellement sous le coup d’un décret de dissolution, a été créé récemment, inspiré par le FIS.

Tunisie:

– L’UGTT, Union Générale des Travailleurs de Tunisie, est la seule centrale existante. Elle compte env. 350.000 membres et est affiliée à la CISL.

Egypte:

Une seule centrale – la loi l’impose – créée en 1957: la Fédération Générale des Travailleurs Egyptiens, 2.500.000 membres, pas affiliée à la CISL.

En dehors de ces pays, des syndicats indépendants existent aussi à Bahrein, en Jordanie, au Koweit, au Liban, en Mauritanie et au Yémen. Un mouvement syndical indépendant et puissant a également existé dans le passé au Soudan.